recherche
du jeu 6 avr au dim 30 sep 2018
Plouf! Une histoire de la baignade
mer 7 jun 17 à 20h00
La vie à la campagne au XIXe siècle
du jeu 8 jun au dim 18 jun 2017
REGARDS SUR VERSOIX
jeu 8 jun 17 à 20h30
SACONNEX D'ARVE SON CHATEAU ET SA SEIGNEURIE
VILLARS Julio (1897 - 1991)

Le progrès, c’est l’avenir ! Cette devise, Julio Villars l’avait fait sienne. Sans doute, celui qui se disait « fils à papa » avait de qui tenir.
-Son père, Julio Villars senior fut parmi les premiers à innover et participer au développement du Honduras, vers la fin du XIX siècle. Dans cette région où l’on se déplaçait à cheval, ce Suisse installé dans ce pays, ou tout était à construire, introduisit en 1905 la première voiture à Tegucigalpa (il était alors consul de Suisse). Il fit son entrée dans la capitale avec à ses côtés le général Manuel Bonilla, président de la République. Il obtint les premières concessions téléphoniques le 12 mai 1893. C’est lui également qui installa en 1914, le premier câble sous-marin qui reliait l’île du Tigre et l’île de Zacate.-


Julio VILLARS fils aura une vie émaillée d’aventures et de travail. En 1921 déjà, il traverse l’Amérique centrale sur une camionnette Ford T. Cette expérience, suivie de bien d’autres en quatre ans, lui permet de travailler pendant un an aux USA comme essayeur d’usine chez Chandler (devenu ensuite Général Motors).
Dès son retour en Suisse, Julio VILLARS loue la grange de l’écurie Papis au 46, route de Suisse, pour y créer un garage pour canots à moteur. Une grande ouverture est percée dans la façade lac, un slip est construit et un atelier installé. Plus tard, il achètera à son ami François Durafour chez qui il travaille un an, le garage situé vers le pont de la Versoix. C’est ici qu’il inventera et fabriquera les « lifts » électromécaniques qui feront son succès et celui de son entreprise sous la marque VILVER (VILlars - VERsoix).
Il déposera 146 brevets pour ses inventions qui seront fabriquées sous licence dans le monde entier. Pendant la période de la guerre de 39/45, il fera installer une turbine dans le canal des Usiniers pour être autonome en électricité.
Julio Villars sera aussi pilote de course pendant deux ans sur Alfa Roméo et au volant de ses bolides il court 17 Grands Prix. (Alexandre Burnat, qui a repris le garage Vachoux, est son mécanicien).
J. Villars a fondé avec le baron Horst von Waldthausen, qui habitait alors le Château Bartholoni, l'Ecurie de course suisse Villars-Waldthausen. Ce dernier se tua au volant de son bolide, à Miramas, il était âgé de 26 ans.
Julio Villars fut président de la Société des Garages de Genève et dès 1940, expert puis chef-expert militaire en véhicules à moteur, puis président de ladite société et membre d’honneur de l’UPSA.

Archives J. Villars - Collection Georges Savary

 Julio Villars entouré de ses amis mécaniciens, vers 1930

 
 
 
 
Julio Villars course du Klausen 1932 sur Alfa Romeo 1750. collection Bernhard Brägger


<< retour