recherche
Il n'y a pas de contenu
pour la sélection en cours.
retour à l'accueil
MARTINET Pierre (1848-19..)

MARTINET Pierre, Paul, Désiré [dit Pol]. Né le 5 mai 1848 à Laudun (Gard) ; publiciste ; anarchiste ; un des créateurs de l’individualisme en France. Imprime à Versoix le premier numéro du périodique LE PARIA, le mai 1886. Est-ce lui qui écrit au Genevois? Il n'y a pas d'autre trace de son passage à Versoix.

  

 https://bianco.ficedl.info/

   

Un exemplaire de ce périodique, hectographié, se trouve aux Archives fédérales à Berne (E21 14073) : 1re année, n° 2 (samedi 15 mai 1886), 4 feuillets. René Bianco donne 1887 : une erreur de transcription ?
Imprimerie autographe [Le XXX ?] (Genève).
Ce journal est destiné à la diffusion en France, non en Suisse. Le n° 2 indique notamment « la place manque pour le feuilleton sur Roubaix ». Ce numéro est publié à Versoix, canton de Genève.

Personnage haut en couleurs, égocentrique et porté à la quérulence, Pierre Martinet anima le premier groupe parisien qui, en 1890-1891, commença à se qualifier d’« individualiste » pour marquer sa dissidence d’avec le mouvement anarchiste. Ses outrances et ses moyens financiers le firent également soupçonner d’être un mouchard.
Fils d’un propriétaire terrien du Gard, Pierre Martinet encourut plusieurs condamnations avant d’entrer dans le mouvement anarchiste : huit jours pour port d’armes prohibées le 27 août 1866 à Marseille ; deux ans de prison pour détournement d’argent le 20 février 1869 à Nîmes ; six mois de prison pour cris séditieux et provocation à commettre un crime le 8 août 1871 à Nîmes ; cinq ans de prison et cinq ans de surveillance pour outrages aux agents le 2 octobre 1873 à Paris ; quinze mois de prison pour abus de confiance, vol et rupture de ban, ainsi que 500 francs d’amende pour complicité d’outrage aux mœurs le 3 juin 1880 à Paris.
Un rapport de police du 30 avril 1886 le considérait comme ancien membre du Comité révolutionnaire central, mais il s’agit d’une confusion avec le blanquiste Octave Martinet.
Pierre Martinet fut signalé par la police comme anarchiste pour la première fois en 1884. Un rapport le décrit comme « très brun, les yeux noirs, un peu enfoncés, moustache noire, regard faux et méchant » (Arch PPo BA 303). Il aurait également été, à l’époque, le rédacteur d’une feuille nommée Le Monsieur de l’orchestre. 

LIRE LA SUITE: http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155923



<< retour