recherche
du jeu 22 jun au mar 22 aoû 2017
Voltaire, Choiseul et Versoix
PATEK Antoni Norbert (1812 - 1877)

Antoni Norbert Patek est né le 12 juin 1812 dans le village de Piaski (voïévodie de Lublin), de Joachim et d'Anna, née Piasecka de Skoczylas. On ne sait rien de la profession de son père, qui mourut le 7 avril 1828 à Varsovie, de même que l'on ignore pour ainsi dire tout de son enfance, par exemple s'il avait des frères et soeurs ou quelles écoles il avait fréquentées.
Le 1er mars 1828, avant même d'avoir atteint l'âge de seize ans, Antoni Norbert entra dans la cavalerie polonaise. Il participa à l'"insurrection de novembre" et fut blessé à deux reprises. Après l'échec de l'insurrection, la Pologne devint une province russe et les insurgés furent sévèrement punis. Par milliers, les soldats polonais s'enfuirent à l'Ouest, l'un de ces réfugiés était Antoni Norbert Patek de Prawdzic, alors âgé de dix-neuf ans.
Par la suite, Patek continua le voyage en direction de la France, s'arrêtant d'abord à Cahors, puis à Amiens, où il travailla comme typographe dans une imprimerie. Pour finir, il se dirigea vers Genève, ville dont la réputation de havre pour les amoureux de la liberté n'était plus à faire.
Avec son goût et ses dispositions pour l'art, Antoine Norbert de Patek, comme il allait dorénavant s'appeler; devait donc se sentir bien chez lui dans ce cadre. Il suivit, pendant un certain temps, les cours de peinture du célèbre peintre et graveur Alexandre Calame B que J. A. D. Ingres admirait beaucoup et dont Baudelaire allait dire dans son "Salon de 1845". Pendant longtemps on a cru que c'était le même artiste atteint de dualisme chronique; mais depuis lors on s'est aperçu qu'il affectionnait le nom de Calame les jours qu'il peignait bien. Au cours de ses études, Antoine Norbert fit également un voyage à Paris où il resta plusieurs mois, mais il semble assez vite avoir trouvé le champ d'activité qui lui convenait le mieux, probablement encouragé dans cette orientation par la famille Moreau de Versoix dont il était devenu l'ami et chez laquelle il fit aussi la connaissance de celle qui allait devenir sa femme.
Ce champ d'activité, c'était le domaine des montres de poche de grande valeur, toutes ces merveilleuses pièces qui, de nos jours, sont si passionnément recherchées par les collectionneurs et les amateurs d'objets d'art et qui furent créées grâce aux talents conjugués des horlogers, des orfèvres, des graveurs, des ciseleurs, des émailleurs et des miniaturistes de l'époque. Il commença donc par acheter des mouvements de montre qu'il se procurait auprès des horlogers genevois déjà connus pour la qualité de leurs produits et, sous sa direction, les fit garnir de boîtiers. Dès le début, il attacha la plus haute importance à la qualité et à la valeur artistique des travaux et parvint assez rapidement à trouver le marché où de telles créations de qualité exceptionnelle étaient hautement appréciées. Avec le succès grandissant de ses montres durant la seconde moitié des années 1830, Patek se rendit compte qu'il se trouvait en face d'un marché dont la capacité d'absorption était bien plus grande qu'il n'avait osé l'espérer au début. Encouragé par cette situation favorable, il décida de mettre sur pied une fabrique de montres en compagnie de l'horloger polonais François Czapek et c'est ainsi que fut fondée, le 1er mai 1839, la firme: PATEK, CZAPEK & Cie avec siège à Genève, Quai des Bergues 29.
Après la fondation de sa firme avec François Czapek, le 10 juillet 1839, Patek épousa à Versoix Marie Adélaïde Elisabeth Thomasine, fille du commerçant français Louis Charles Dénizart, demeurant à Turin et de sa femme Marie Jeanne Adélaïde Elisabeth, née Devimes. De cette union naquirent trois enfants. Le premier, Boleslas Joseph Alexandre Thomas, né le 16 juin 1841, mourut le 18 septembre de la même année. Les deux autres ne virent le jour que beaucoup plus tard, quand Marie de Patek avait déjà respectivement 39 et 41 ans: un fils, Léon Mecyslas Vincent, le 19 juillet 1857 et une fille, Marie Edwige, le 23 octobre 1859.
En 1843, Antoine Norbert de Patek fut naturalisé à Genève et acquit ainsi la citoyenneté versoisienne et genevoise. Cependant, il ne cessa pas son activité politique d'émigré polonais et ne recula devant aucun effort pour apporter son aide aux réfugiés.
Antoine Norbert de Patek est mort le 1er mars 1877 à Genève où il est enterré au cimetière de Châtelaine.
Documentation empruntée sur le site:
www.worldtempus.com

History of the Company

On May 1st, 1839 two Polish immigrants, Antoni Patek (Businessman) and Franciszek Czapek (Watchmaker) joined forces to found « Patek, Czapek & Cie » in Geneva. In 1844, Mr. Patek met the French watchmaker, Mr. Adrien Philippe in Paris where the latter presented his pioneering stem winding and setting system by the crown. In 1845 when Czapek decided to leave the company and to continue his activity on his own, the company name changed for « Patek & Cie ». Later on, in 1851 when Mr. Philippe officially associated with the company, it was rebaptised « Patek Philippe & Cie », before changing once more in 1901 for « Ancienne Manufacture d’Horlogerie Patek Philippe & Cie, S.A. ». In 1932, the company was purchased by Charles and Jean Stern, two brothers owners of a fine dial manufacture in Geneva. Since then, « Patek Philippe S.A. » remains a family owned firm. In 2009 the company presidency was officially transmitted from the 3rd to the 4th generation : Mr. Thierry Stern became president and his father Mr. Philippe Stern, Honorary president.

Pour en savoir plus:
Patek Philippe Museum - Genève

 

 
 


<< retour