recherche
du sam 14 sep au dim 15 sep 2019
COULEURS - Journées du patrimoine
LE GAZ A VERSOIX

 

La première usine à gaz de Genève fut mise en service le 25 décembre 1844, pour l'alimentation de 297 becs de gaz publics. A la fin de l'année 1845, la production de gaz s'était élevée à 342.000 m3. L'industrie du gaz de Genève doit sa naissance à la Société genevoise pour l'éclairage au gaz, fondée le 13 juin 1843. Présidée par le général Dufour de 1848 à 1875, la Société se transforma, en 1856, en « Compagnie genevoise d'éclairage et de chauffage par le gaz », qui assura, jusqu'en 1895, le prodigieux développement de l'industrie gazière genevoise. En effet, en 1895, la production de gaz atteignait plus de 7 millions de mètres cubes. En 1895 la Ville de Genève reprit directement en main la gestion de l'usine à gaz. Elle racheta à la Compagnie genevoise l'usine et te réseau de distribution pour la somme de 3.500.000 fr. L'administration de la Ville ne fut pas moins heureuse et profitable pour l'industrie du gaz, qui réalisa de nouveaux et considérables progrès. C'est en 1910 que le Conseil administratif proposa au Conseil municipal la construction d'une nouvelle usine à gaz à Châtelaine. Commencée à fin 1911, l'usine fut complètement terminée le 20 novembre 1914.

En 1931, après l'adoption par le peuple genevois des lois dites de fusion, la régie directe de la Ville prit fin. L'industrie du gaz était en pleine prospérité et l'usine produisait alors plus de 21 millions de mètres cubes de gaz. Constitués en établissement autonome de droit public, les Services Industriels de Genève commencent leur existence le 10 juillet 1931. Les Services Industriels n'ont pas, non plus, ménagé leurs soins pour assurer à l'industrie du gaz une constante progression. Extension et amélioration du réseau de distribution, transformations et perfectionnements des installations de l'usine à gaz, efforts de propagande pour accroître la consommation du gaz ont permis d'obtenir de bons résultats et ce n'est que la guerre et son inévitable cortège de restrictions qui ont momentanément arrêté le développement de l'industrie gazière. On s'est alors attaché à développer la récupération des sous-produits indispensables à la bonne marche de l'industrie chimique et de l'industrie des armements. Néanmoins le gaz consommé pendant l'année 1943 a atteint près de 25 millions de mètres cubes. Le Service du gaz compte environ 61.000 abonnés, desservis par un réseau de distribution d'une longueur totale de plus de 460 km.
Le centenaire de l'industrie gazière genevoise sera célébré officiellement le 23 novembre 1944 par plusieurs manifestations, notamment par une visite de l'usine à gaz et de la station de compression de Versoix, et par une soirée avec repas en commun organisée pour le personnel du Service du gaz. Cette manifestation apportera une nouvelle preuve tangible de l'étroite et utile collaboration qui règne entre les organes administratifs et directeurs d’une part, et le personnel de l'autre.

En 1904, lors du projet d’éclairage public au gaz de la route de Suisse, un différend opposa les députés Pouille, de Versoix, partisan de l’éclairage électrique et Borgel-Court, de Genthod, favorable au gaz, à propos d’une pétition qui aurait dut être présentée au Grand Conseil. Un échange de lettre dans le Journal de Genève relate cette affaire.

Le site de la station de compression de Versoix, au chemin de la Scie, comprenait deux citernes et deux petits bâtiments adjacents. Ces installations ont été désaffectées lors de l’arrivée du gaz naturel au milieu des années 1970. Les bâtiments ont été rasés lors de la création du nouveau complexe commercial « Les Portes de Versoix » en 2013.

Le 5 janvier 1975, les Services industriels entreprenaient la conversion de leur réseau au gaz naturel. Versoix en fut la première bénéficiaire. www.letempsarchives.ch

Le quartier de la Scie en 1967. Sur la droite les deux citernes de gaz. Photo G. Savary



<< retour