recherche
sam 14 nov 2020
EXPOSITION LES RUES DE VERSOIX
ven 20 nov 2020
Des pentes du Salève à Vessy, Histoire du vol libre, de l'aviation et de l'aérostation à Veyrier
LE RETOUR DU LOUP

Les dernières observations du loup à Versoix.

Le loup a disparu de Suisse à la fin du 19e siècle. Entre 1908 et 1990, certains spécimens isolés ont néanmoins fait leur apparition à plusieurs reprises sur le territoire national. Leur origine reste incertaine.

Les loups sont des animaux sociaux qui vivent en meutes et entretiennent des liens forts. En Europe, les meutes de loups se composent généralement des parents et de leurs petits, ainsi que de la progéniture de l'année précédente. Ces jeunes ne quittent le groupe que lorsqu'ils ont atteint la maturité sexuelle.

Chaque meute possède un territoire. Le loup chasse principalement des chevreuils, des chamois, des cerfs, des sangliers, et des élans. Il lui arrive aussi de se nourrir de petits mammifères, d'insectes, d'oiseaux, de reptiles, de fruits, et de charognes. Les loups chassent ce qu'ils peuvent capturer le plus facilement possible. En abattant essentiellement des animaux malades ou faibles, ils contribuent à l'équilibre des populations de gibier.

Toutefois, les loups s'en prennent également aux animaux d'élevage, tels que les moutons et les chèvres, lorsque ceux-ci ne sont pas protégés. Ils en tuent environ 200 par an. A titre de comparaison: près de 4000 moutons meurent chaque année de maladies ou de chutes, en raison d'un manque de surveillance.

En l’espace d’une année, la population de loups a crû en Suisse. Les dernières estimations du groupe Loup suisse font état d’au moins sept meutes vivant sur le territoire durant l’année biologique, contre quatre l’année précédente.

Une année biologique s’étend de début mai à fin avril. En tablant sur un minimum de sept meutes, on compte désormais quelque 60 à 70 loups en Suisse, écrit le groupe Loup suisse dans un communiqué publié sur son site internet. 

Les meutes vivent dans les cantons des Grisons (Surselva, Obersaxen, Beverin), du Valais (Val d’Anniviers, Val d’Entremont, Chablais) et de Vaud (Col du Marchairuz). Des individus solitaires sont aussi présents dans l’Oberland bernois et en Suisse centrale.

Aucune meute ne vit dans le canton de Genève, il faut remonter au XIXe siècle pour des apparitions de ce canidé dans la campagne genevoise.

Le Journal de Genève relève dans son numéro du 23 janvier 1839 que: "deux loups qui ont échappé à la mort près de Dardagny, ont été aperçu dans les environs de Sauverny, gagnant le Gros de Vaud."

Cinquante-six ans plus tard, c'est un article de la Gazette de Lausanne qui dit:" Des loups auraient été vus à Sauverny, dans le Département de l'Ain, tout près de la frontière suisse. Les enfants de ce hameau, qui vont à l'école à Versoix, n'osent plus sortir. On affirme que ces carnassiers sont descendus jusqu'à Montfleury, près de Versoix."

Sources: wwf.ch

              www.letempsarchives.ch

 

 



<< retour