recherche
sam 14 nov 2020
EXPOSITION LES RUES DE VERSOIX
ven 20 nov 2020
Des pentes du Salève à Vessy, Histoire du vol libre, de l'aviation et de l'aérostation à Veyrier
CAFE DES CHEMINS-DE-FER

Le café des chemins-de-fer est situé à la Rampe de la Gare. En 1910 déjà, il appartient à Célestin Gervex, agent immobilier, qui paye la taxe des cafés. Sur la partie café, le bâtiment est surélevé en 1914 par l'architecte Amédée Henchoz pour créer une salle et le bureau de l'agence de C. Gervex et des Mines d'anthracite. 

Le café des Chemins de fer avant la construction de l'étage sur le café, vers 1900. 

             

Enseigne du café, vers 1990. Photo G.Savary©          

 

Le café des Chemins-de-fer par Emilienne Perriraz. Carte publicitaire vers 1990

Célestin Gervex fut conseiller municipal, adjoint au maire, député au Grand Conseil, juge au tribunal de police ; il occupa la fonction de commissaire de l’Etat à la Bourse. Il décédera des

suites d’une mauvaise chute en 1962, à l'âge de 81 ans.

 

Enseigne de la société de Célestin Gervex, en 1988-Photo G.Savary©

Charles Baechler (dit Charlot) et son épouse Mariette exploiteront cette enseigne jusqu’en 1968. A leur retraite, René Cuhat et sa femme Rose-Marie rachètent le café et créent deux salles de restaurant. Puis quelques années plus tard, c’est Andrée Gilléron et Julianne Menazzi qui en reprennent la direction. Au milieu des années 1970, Jean-Jacques et Esther Cornuz deviennent propriétaire du café des Chemins-de-fer jusqu’à la mort de Jean-Jacques en 2000.

Les nouveaux propriétaires transforment alors entièrement l’établissement pour créer un restaurant thaïlandais sans alcool à l’enseigne « Supatra », ce qui tourne la page du café-restaurant ouvrier tel qu’on l’avait connu jusque-là.

 

  

Tournage d'un film publicitaire en 1985 pour le plat réputé du restaurant :la "désossée".

 



<< retour