recherche
du jeu 6 avr au dim 30 sep 2018
Plouf! Une histoire de la baignade
DE SOVERNIER (Famille) Sauverny

Famille DE SOVERNIER (Sauverny) C’est le nom d’un village du Pays de Gex, situé sur la rive droite de la Versoye, entre Gex et Versoix, et d’où cette noble famille, éteinte depuis longtemps, tirait son nom, à moins qu’il ne l’eût pris d’elle.

Armes : De gueules au sautoir engrelé d’or, accompagné de quatre coquilles du même.

Les armoiries nous sont connues par le sceau de François de Sovernier, employé en 1365 par Nicod de Chanay, châtelain d'Aubonne. Le cimier du casque est un loup issant dans un vol tenant un sauvage. L'armorial Pache, en 1654 nous indique les émaux : " de gueules en sautoir engrêlé d'or, accompagné de quatre coquilles d'argent ".

Il a semblé judicieux d'employer les armes de la famille de Sovernier pour composer le blason de la commune de Sauverny. Le Conseil Municipal ayant souhaité voir apparaître sous une forme symbolique la Versoix – rivière qui limite la commune de Sauverny et celle de Versoix - il a été ajouté en abîme, un écu d'azur à une fasce ondée d'argent

 


I. Etienne DE SOVERNIER, de Versoix, vivait à la fin du XIII° siècle et au commencement du XIV° siècle. Il est mentionné en 1305 comme garant pour Mermet de Biolley, neveu par sa mère de feu Pierre de la Cour de Piron, dans un différend pour sa succession. On le retrouve en 1324 dans une acquisition de Petit-Jean Dupuis, de Versoix, et de Françoise sa femme (Arduin de la Versoye, notaire). Il fut le père de :

1. Mermet DE SOVERNIER, bourgeois de Versoix, témoin en 1316, prieur de la confrérie de cette ville en1332, cité dans une longue reconnaissance de cette date, avec d’autres membres de sa famille, dont il sera question plus loin (archives de Dijon). En 1348, il vendit avec sa femme Léone, à Etienne Maillet, bourgeois de Versoix, deux sols de cense annuelle de franc-alleu avec le droit de domaine, que celui-ci leur doit pour certains biens qu’il tient en emphytéose. Ep. Léone……….…. qui en était veuve en 1331, et dont il eut Sadouz et Marguerite, cités à cette date.

2. Aymon qui suit.

II. Aymon DE SOVERNIER cité en 1332 comme possesseur d’une maison à Versoix, avec son frère Mermet. Ep. Nichola………….qui en était veuve en 1331 et dont il eut :

1. François DE SOVERNIER, bourgeois de Versoix, damoiseau, caution en 1380 pour Jean et Mermet de Vilette, frères, damoiseaux ; châtelain, soit lieutenant du vidomne de Genève, Jean du Vernay 1385, avec François d’Orsières, damoiseau, et messire Pierre Blanc. Garant en 1392, avec son frère Henri, de la restitution de la dot e Françoise de Vilette, femme de Mermet Maillet leur neveu. Nommé en 1396 commissaire arbitre avec Girard de Nernier, chevalier, et messire Rodolphe Gavit, jurisconsulte, par le prince-evêque et le vidomne de Genève, pour la dispute entre le seigneur de Ternier et les frères prêcheurs, au sujet des digues en l’Arve (Galiffe, Matériaux, etc., 1,94).

2. Henri DE SOVERNIER, vivant avec sa mère en 1351, garant, avec son frère François, en 1392 de la restitution de la dot de Françoise de Vilette, femme de Mermet Maillet leur neveu, avec Amédée du Crest de Jussy, Berthe Escoffier, de château Gaillard, et Mermet du Saix, notaire.

3. Broeysette DE SAUVERNIER; femme de femme (contrat du 6 septembre 1351, Sadouz de Montgazel, de Versoye, notaire, - archives de famille), d’Etienne Maillet, bourgeois de Versoix, de l’ancienne famille patricienne de ce nom, qui fut ensuite seigneur de Livron et de Cholex. Elle eut :
a) Mermet Maillet, marié à Françoise de Vilette, fille de No. Etienne de Vilette, donzel, et de feu Bonne de Jussy (contrat du 27 décembre 1382, archives de famille), continue la filiation Maillet.
b) Peronnette, femme d’Amédée du Crest de Jussy
c) Vénérable messire Aymon Maillet, jurisconsulte, conseiller 1409, premier syndic 1418, etc., sans enfants de margot Tardi, la plus riche héritière de Genève, et déjà veuve de No. Barthélémy d’Aillé, des comtes de St. Martin.
d) Henriette Maillet, femme de No.et Egrège Mermet du Saix, qui en eut No. Amédée du Saix (dou Sex), damoiseau, syndic et député vers le duc, -Humbert,- et Marie du Saix, femme de NO. Michel de Fer, secrétaire du vidomnat, dont elle eut Henriette de Fer, femme de No. Guichard Guat, syndic, qui eut entre autres No. André Guat, syndic, qui de sa femme, « haute et puissante dame , » Amédéa Festi (petite-fille de « magnifique seigneur » Nicod Festi, vidomne de Genève, fille de No Nautermet Festi, syndic, et de madeleine de Pitigny, eut entre autres Stéphanie, femme de François Galiffe (fils de No. Amédée Galiffe de Savoyroux) premier bourgeois de Genève de ce nom et notre neuvième aïeul. C’est ainsi que les parchemins de ces diverses familles susnommées sont parvenus à la nôtre, qui les possède encore.

Au XVème siècle, la famille s'établit dans le pays de Vaud, à Vevey et à Cossonay où elle s'éteint en 1502 (Califfe, notices généalogiques sur les familles genevoises, vol 17).


Notices généalogiques Tome 4
J.B.G. Galiffe 1857

Site internet commune de Sauverny

 



<< retour