recherche
du jeu 22 jun au mar 22 aoû 2017
Voltaire, Choiseul et Versoix
POSTE A VERSOIX de 1768 à 1970

La population de Versoix n’a pas toujours été desservie par les services postaux comme elle l’est maintenant. En effet, un premier bureau de poste français a été créé à Versoix en 1768. Il se trouvait à Versoix-Bourg, dans la rue principale. Puis après le rattachement de la commune à Genève en 1815, il n’est plus fait mention de ce bureau. Il faut attendre jusqu’en 1832, donc un an après l’entrée en vigueur de la loi introduisant la poste cantonale genevoise, pour que soit créé le premier office de poste genevois de Versoix. C’est Jean Rougeon qui est nommé buraliste et messager, fonction qu’il occupe jusqu’en 1843, date de la suppression dudit office postal. En effet, le Département des finances avait proposé en 1843 au Conseil d’Etat de fermer cet office par mesure d’économie, ce que le Conseil d’Etat accepta.
A cette époque, le bourg de Versoix comptait pourtant 840 habitants. Il fut décidé que : « Le facteur de Versoix recevra de la Diligence vaudoise à midi et demi le paquet de Genève et en fera la distribution. Le facteur de Genthod fera la levée de la boîte de Versoix et en emportera le contenu à Genève ». Par ces mesures, le Département des Finances réalisait une économie de 400 florins.
Le 16 mai 1843, le maire et trente-quatre autres propriétaires et habitants de la Commune de Versoix envoient au Conseil d’Etat une pétition sollicitant le rétablissement du bureau de poste.
Le 13 juin, le Département des Finances annonce que «… par la suppression du bureau, les habitants de Versoix sont désormais privés de la faculté d’affranchir, mais par cette mesure, ils sont placés sur le même pied que les autres communes, notamment celle des Deux-Chênes. Les états de correspondance signalent que cette faculté ne répondait pas à un besoin bien urgent, puisque le dernier trimestre de 1842, il n’a été affranchi que 22 lettres. »
Le 22 juin 1843, le Conseil d’état donne une réponse négative à la pétition de Versoix.

La population de Versoix doit attendre jusqu’en 1860 pour disposer d’un nouveau bureau de poste, donc 12 ans après la Constitution Fédérale de 1848 qui consacrait la centralisation des postes et celles des douanes en supprimant les postes cantonales et privées ainsi que les péages cantonaux, créait une monnaie fédérale et introduisit l’unification des poids et mesures en adoptant le système métrique.
Le 10 janvier 1860 donc, Monsieur Jacques Drivet est nommé buraliste à Versoix après avoir fourni acte de cautionnement d’un montant de 5'000.- francs. Le bureau st installé dans une maison appartenant au titulaire, situé au centre du Bourg, en bordure côté Jura (à la hauteur de l’actuel n°47, route Suisse.) En 1893, le dépôt non comptable de Sauverny qui dépendait du bureau de Coppet, est rattaché au bureau de Versoix. Comme le trafic postal augmente, le titulaire est nommé administrateur en 1906 et son fils Petrus, comme commis de poste à Genève, vient travailler comme tel à Versoix, sous les ordres de son père.

En 1910, le local mis à disposition par M. Drivet étant devenu trop exigu, la poste est transférée à fin avril dans un nouvel immeuble situé sur le petit plateau qui domine Versoix-Bourg, presque en haut de la rampe qui mène à la gare CFF et à quelques 50 mètres de celle-ci. Elle en occupe le rez-de-chaussée. La Société immobilière de la Poste, à Versoix, est propriétaire de l’immeuble.
Jacques Drivet ne peut guère jouir de ses nouveaux locaux puisqu’il décède le 19 mai 1912, donc après 52 ans de service. Son fils Petrus est alors nommé administrateur dès le 1er juillet 1912.
Mais les temps sont durs, passée la première guerre mondiale et en 1933, l’office de poste de Versoix rétrograde et redevient un bureau, la place de buraliste est mise au concours, deux employés sont transférés à Genève, l’administrateur d’alors, M. Petrus Drivet demande sa mise à la retraite anticipée. Celle-ci lui est accordée pour raisons administratives, soit en raison de l’avantage économique qui en résulte pour l’administration postale.
Le 1er septembre 1922, Armand Wurst est nommé buraliste postal à Versoix. Notons qu’en 1935, vu la situation économique critique de la Confédération et les instructions très strictes reçues à ce sujet, il ne peut être donné suite à la demande des habitants de Richelien et de la Bâtie tendant à la réintroduction d’une seconde distribution. Celle-ci n’est réintroduite qu’en 1946.
Puis en 1947, Armand Wurst est mis à la retraite pour raison de santé et c’est M. Amédée Brun, 1er commis d’exploitation à Genève qui est nommé comme buraliste dès le 1er novembre 1947. Pendant la période de 1947 à 1970, ce dernier a vécu le développement spectaculaire de la ville de Versoix, l’augmentation du trafic postal qui en a découlé et la nécessité de trouver une solution provisoire en 1965 pour le service de distribution par la construction d’une annexe, et enfin le début des tractations et des projets de construction du bâtiment de la poste actuelle. En 1970, Jean Zumwald succèda à M. Brun.

Discours prononcé à l’inauguration de la poste de Versoix en 1982. 

 

CHRONOLOGIE

1832 Le premier (probablement) office de poste est créé à Versoix.
Jean ROUGEON est nommé buraliste et messager, fonctions qu’il occupa semble-t-il jusqu’en mars 1843, date de la suppression du dit office ; celui-ci ne fut rétabli qu’en 1854.

1860 Jacques DRIVET est nommé buraliste dès le 10 janvier 1860 et fournit un acte de cautionnement, au montant de 5000 frs.
Le bureau est installé dans une maison appartenant au titulaire, située au centre du bourg, en bordure côté Jura de la route de Suisse.

1864 Théodore Vernes se porte garant pour l’installation du bureau du télégraphe à Versoix

1893 Suite à une pétition des habitants de la localité, le dépôt de poste non comptable de Sauverny, créé le 1er avril 1888 et qui dépendait du bureau de Coppet, est rattaché au bureau de Versoix dès le 1er avril 1893.

1906 A l’ occasion des réélections générales, le bureau de poste de Versoix est promu de 3ème en 2ème classe, à partir du 1er avril 1906.
Le titulaire est nommé administrateur et son fils Pétrus DRIVET, commis à Genève, est nommé en cette qualité à Versoix, dès le 1er avril 1906.
L’effectif dudit bureau comprend alors : l’administrateur, 1 commis, 1 apprenti, 4 facteurs et 1 garçon de bureau.

1910 Etant devenu trop exigu, le bureau est transféré, fin avril 1910, dans un nouvel immeuble situé sur le petit plateau qui domine Versoix le Bourg, presque en haut de la rampe qui mène à la gare CFF et à quelques 50 mètres de celle-ci ; il en occupe le rez-de-chaussée. La Société immobilière de la poste, à Versoix, est propriétaire de cet immeuble.

1912 Le facteur est autorisé à prendre en consignation, au lieu dit La Bâtie, les objets recommandés et les mandats de poste.
Décès de l’administrateur, le 19 mai 1912.
Pétrus DRIVET, commis de poste à Versoix, est nommé administrateur, dès le 1er juillet 1912.

1913 Dès le 1er mai 1913, le titulaire du dépôt de poste de Collex est chargé du service de distribution dans cette localité, à Bossy, Crest d’El et Vireloup, soit dans la plus grande partie de la tournée d’un facteur rural du bureau de Versoix. Il s’ensuit que ce poste de facteur est supprimé et que la distribution, dans ce qui subsiste de l’ancienne tournée, est effectuée par un aide-facteur.

1919 Fermeture du dépôt postal de Sauverny, dès le 9 octobre 1919.

1920 Vu le renchérissement de la main-d’œuvre (introduction de la journée de travail de 8 heures) et la situation précaire des finances, la 3ème distribution est supprimée dans les localités de moins de 5000 habitants, soit à Versoix également, de même qu’une seconde distribution à Sauverny, dès le 8 juillet 1920.

1922 Dès le 1er septembre 1922, le village de Chavannes-des-Bois n’est plus desservi par Commugny, mais par Versoix.
Réorganisation des services de distribution et de bureau. Une seconde distribution est supprimée à Richelien, la Bâtie et Mâchefer.
La durée moyenne du travail de l’ensemble du personnel est portée de 8 à 9 heures par jour.
Rétrogradation du bureau de Versoix en IIIe classe, pour le 1er septembre 1922. La place de buraliste est mise au concours par la DGP avec délai d’inscription jusqu’au 8 juillet 1922.
L’effectif du bureau de Versoix comprenant : un administrateur, un commis, un apprenti, quatre facteurs et deux garçons de bureau, est nouvellement fixé comme suit : un buraliste, un aspirant ou commis permutable et quatre facteurs.
Le transfert de deux employés du bureau de Versoix à Genève ou dans une autre localité doit être envisagé pour le 1er septembre 1922.
Les quatre tours de service de facteur qui subsistent comportent neuf heures de service chacun.
Par lettre du 6 avril 1922, l’administrateur Petrus DRIVET demande sa mise à la retraite : celle-ci est accordée pour raisons administrative, soit en raison de l’avantage économique qui en résultera pour l’administration, dès le 1er septembre 1922.
Armand WÜRST, commis de poste à Genève, est nommé buraliste postal à Versoix, dès le 1er septembre 1922.

1929 Remplacement du 4ème facteur rural par un aide-facteur.
Retrait du commis et attribution d’un apprenti.

1931 Suppression de l’appareil Morse. Le bureau est classé comme station téléphonique publique avec service télégraphique.

1932 Nouvelle installation de cases postales à serrure ; elles sont rendues accessibles au public de l’extérieur du bâtiment.

1935 Depuis 1929, plus de 60 maisons d’habitation, des villas pour la plupart, ont été construites sur l’ensemble de la circonscription ; de ce fait et malgré la diminution du trafic, il en résulte des dépassements du temps de distribution pour un total de 90 minutes. 1935 Par un remaniement des tournées et de certaines obligations de service, l’horaire des 3 facteurs peut cependant être maintenu à 9 heures ; par contre, la durée du service de l’aide facteur est portée à 7h.36. La durée de distribution est ainsi portée de 33 h. à 34,5 heures.

Par ailleurs, vu la situation économique critique de la Confédération et les instructions très strictes reçues à ce sujet, il ne peut être donné suite à la demande des habitants de Richelien et de la Bâtie tendant à la réintroduction d’une seconde distribution dans ces agglomérations.

1946 Suite à une nouvelle demande des habitants de la région de Richelien et de la Bâtie, du 29.1.1946, la seconde distribution est rétablie dans cette région. Depuis 1935, le nombre de ménages a augmenté; d’autre part, le Journal de Genève et la Tribune de Genève paraissent maintenant pour que la distribution en soit faite l’après-midi. La durée du service de distribution est augmentée de 45 minutes, à partir du 1er mai 1946.

En raison de l’importance des chargements à expédier par le train 1251, en gare de Versoix, le nombre des agents qui sont chargés de le desservir est porté de 3 à 4 agents. D’autre part, un échange de dépêches doit être effectué chaque jour au train 1041 le matin. Pour assurer ces prestations, la durée du service de course est augmentée de 30 minutes, dès le 1.5.1946. La place d’aide-facteur avec 7h.30 de service quotidien est transformé en une telle de facteur rural II avec 9 heures de service.

1947 De 1935 à 1946, le nombre des envois non inscrits distribuées a passé de 505.600 à 539.300 et celui des envois inscrits de 40.032 à 52.209. Un contrôle du service de distribution, effectué du 25 au 28 mars 1947, démontre que la durée totale du service de course et de distribution doit être portée de 36 à 38 1/2 h. à partir du 1er avril 1947.
D’autre part, suite à une demande des municipalités de Chavannes- des-Bois et de Sauverny, du 23 décembre 1946, une seconde distribution est introduite dans ces localités, dès le 1er mai 1947. La durée totale du service de distribution du bureau de Versoix doit alors être augmentée encore de 1 ½ h. et portée à 40 heures.
Une 5ème place de facteur rural II est crée à Versoix.
Le titulaire est mis à la retraite pour raison de santé, dès le 1er
novembre 1947.

Amédée BRUN, 1er commis d’exploitation à Genève, est nommé buraliste postal à Versoix, dès le 1er novembre 1947.

1947 Selon communication de l’Office fédéral du personnel concernant la répartition des localités suisses dans les différentes zones de résidence, la commune de Versoix est classée maintenant dans la zone Bo, au lieu de A.
Le traitement des agents attribués au bureau de la poste de Versoix est modifié de ce fait, à partir du 1er janvier 1948.

1951 Dès le 1er janvier 1951, l’immeuble de la poste de Versoix, dont la Société immobilière de la poste à Versoix était propriétaire, est devenu la propriété de la Confédération (administration des PTT), pour le prix de 95.000 frs.
Jusqu’au 31 mars 1951, la régie de ce bâtiment a été assurée par l’agence immobilière C. et E. Bory, Genève ; à partir du 1er avril 1951, la gérance en a été reprise par l’administration des PTT (direction des postes à Genève).

Depuis 1947, un certain nombre de villas et d’immeubles ont été construits dans la circonscription de distribution de Versoix. Le nombre des envois non inscrits distribués a passé de 539.300 à 663.800 et celui des envois inscrits de 52.209 à 53.541.
Du contrôle effectué, il ressort que si la durée du service de distribution (41 h.20) peut-être maintenue néanmoins à 40 heures et entraîne pas de modification de l’effectif du personnel, le service de nettoyage 40 min.) doit être confié dorénavant à une personne étrangère au service et les compensations pour la distribution des imprimés de ménage (39 min.) accordées en temps et non plus comprises dans la durée du travail quotidien. D’autre part, la durée du service à pied et ramenée à deux mois.

1952 Suite à une demande de l’Association des Intérêts de Richelien s/Versoix, du 1er décembre 1952, une boîte aux lettres est placée à la route de Richelien, conte un poteau appartenant à l’Administration des téléphones et avec l’autorisation de celle-ci.

1957 Depuis 1951, quelques immeubles locatifs et surtout des villas ont été construits à Versoix. Le nombre de ménages à desservir a passé de 803 à 891. D’autre part, le nombre des envois non inscrits distribués a passé de 663.800 à 793.700 et celui des envois inscrits de 53.541 à 60.058.
A partir du 15.01.1957, la durée totale du service des courses et de distribution est fixée à 46 h.30 (augmentation 6 h.30).
Création d’une place d’aide-facteur de 6 h.30.

La fabrique de chocolat Favarger, à Versoix, remet journellement à notre service, en fin d’après-midi, un nombre assez élevé de colis qui, pour la plupart, pèsent de 8 à 9 kg. Bien que le bureau postal de Versoix ne soit pas éloigné de la gare CFF (50 mètres), la transmission de ces colis au moyen d’un véhicule à bras est malaisée en raison de la différence de niveau assez sensible qu’il y a entre le dit bureau et la gare. D’entente avec l’expéditrice, la remise à notre service des colis en question aura lieu dorénavant en gare ; en attendant leur chargement dans le wagon-poste, ils seront entreposés sur une charrette de transbordement correctement bâchée.

1963 Transformation du bureau en office, le 1er avril 1963.
Amédée BRUN, buraliste à Versoix, est nommé administrateur V à Versoix, avec un traitement de 17'050 frs.

1970 Mise à la retraite pour raison d’âge de M. Amédée Brun, administrateur IV, au 1er juillet 1970.

Jean ZUMWALD, chef de bureau I à Genève, est nommé en qualité d’administrateur IV à Versoix , dès le 21 septembre 1970.

1971 A la suite de l’inspection du service de distribution des 8, 9 et 10 juin 1971, l’effectif du personnel en uniforme a été légèrement renforcé.

1976 Evolution du trafic :
Distribution                       1970           1972           1974           1976

Envois ordinaires              1.828.138   1.776.273    2.055.471    2.228.654
Envois inscrits                   117.509      114.422      119.688       124.240

Ménages                           1885          2020             2805           2819

1982 Emménagement dans les nouveaux locaux, sis chemin Vandelle 2. Mise à disposition du public dès le 22 novembre 1982.


1989 Depuis l’année 1982, la chronique souligne des adaptations et modifications d’effectifs, des adaptations de l’organisation et l’introduction des chefs de groupe et des chefs d’équipe.

Source : Archives historiques et Bibliothèque PTT, Berne

 

ARVHIVES ETAT DE GENEVE:

Cote du document : Travaux A 126, Annexe 12
Analyse : L'architecte Auguste Bordier, pour le bâtiment locatif de la Société Immobilière des Postes Télégraphes et Téléphones de Versoix, parcelle 3084, à Versoix. Plans de situation, rez, étage, coupe et élévation.
Type et nombre de pièces : 10 pièces dont 5 plans et 1 calque
Dates extrêmes : 1909
Cote d'emplacement : T E/40-5
Langue des documents : Français
Communication : Selon les délais légaux en vigueur
Mot-clé noms communs : bâtiment locatif
Mot-clé noms de lieux : parcelle no 3084 Versoix, commune de
Mot-clé noms propres : BORDIER, Auguste Société immobilière des Postes, Télégraphes et téléphone de Versoix


 

 
 


<< retour