recherche
Il n'y a pas de contenu
pour la sélection en cours.
retour à l'accueil
BOULANGERIE CARTIER

C’est le fondateur André Cartier qui, en 1858, achète à son nom l’autorisation d’exploiter le commerce à Versoix, à l'angle de la rue des Boucheries avec la rue de l'industrie,

  dans lequel il est ouvrier depuis 10 ans. Soutenu par sa femme Victoire, il travaille de manière acharnée durant une décennie. Après le décès d’André, c‘est son épouse, aidée de son fils John, qui continue de faire vivre le commerce.

  Après quelques années de collaboration avec sa mère, c’est John Cartier qui reprend les commandes du magasin et succède à ses

parents, aidé de sa femme Joséphine. De leur union naissent Auguste, André, Edmond, Marie, Thérèse et Gabrielle. 

En 1905, le fils aîné Auguste Cartier, épaulé par sa femme Alice, perpétue l’exploitation du commerce. Grâce à un apprentissage à Paris, à sa grande force de travail et à l’implication de son épouse Alice, un nouveau souffle est donné à l’héritage familial. La maison Cartier connaît alors un grand essor et commence à jouir d’un rayonnement dans la région. Auguste donne

naissance à un fils unique, Jean. 

Jean grandit durant l’essor de la maison Cartier et n’a qu’une seule volonté: travailler avec son père. Depuis son plus jeune âge, il joue dans le magasin, arpente le laboratoire familial et apprend le métier tout naturellement. C’est alors que la deuxième guerre mondiale éclate et les hommes sont mobilisés. Son épouse Suzanne tient donc le commerce avec ses beaux-parents jusqu’au retour de Jean en 1939.

 Huit ans plus tard, en 1947, Jean Cartier achète l’Hôtel du Lac à Versoix et entreprend d’importants travaux pour y installer un magnifique laboratoire, un magasin moderne ainsi qu’un tea-room. Suzanne et Jean assurent la descendance et donnent naissance à trois enfants: Martine, Jacques et Jean Philippe.

Jacques Cartier est le seul à suivre la tradition ancestrale et après avoir effectué son apprentissage de confiseur-glacier-chocolatier à Genève, il rejoint l’entreprise familiale en 1963. Jacques et sa jeune femme Josyane donnent naissance à deux fils, Jean-Jacques en 1966 et Marc-André en 1967. Les deux enfants Cartier ne verront que très peu leurs grand-parents à l’ouvrage; en effet ceux-ci prennent leur retraite en 1969 laissant place une nouvelle fois à la jeune génération.
Jean-Jacques et Marc-André grandissent au coeur des traditions de la famille Cartier et c’est tout naturellement qu’ils décident de faire un apprentissage de pâtissier-confiseur-chocolatier-glacier. Mais ils n’en restent pas là: Jean-Jacques se perfectionne à l’École Hôtelière de Genève et Marc-André poursuit une formation pointue à l’École Hôtelière de Lausanne avant d’effectuer un stage aux Etats-Unis. Ils ne cessent de repousser leurs limites et partent alors apprendre auprès des plus grands, comme Fauchon et Lenôtre à Paris.

Jean-Jacques et son épouse Katia exploitent le tearoom Les Régates, au bord du lac.

Dès 2005, Marc-André et son épouse Antonella, inspirés par leurs passions et leurs voyages, se concentrent sur le développement de la chocolaterie et de la pâtisserie. En 2014, Marc-André saisit l’opportunité du re-développement urbain du centre de Versoix et ouvre sa propre boutique sur une nouvelle esplanade appelée Le Boléro. Il y présente ses créations chocolatées et pâtissières sous le nom « Marc-André Cartier, chocolatier ».


 



<< retour