recherche
Il n'y a pas de contenu
pour la sélection en cours.
retour à l'accueil
SOCIETE DE TIR AU CANON

La Société de Tir au canon de Versoix a été fondée en 1881. Jusqu’en 1910, les tirs se déroulaient dans le vallon de la Versoix ; les propriétaires de la papeterie, MM. Bristlen, mettaient à disposition leur campagne. M. Bristlen est d’ailleurs président de la société en 1888.

En 1903, à l’occasion de la vogue, un concours de tir au canon rassemblait une douzaine de participants. Un banquet fut servi au restaurant Pavid. Au dessert, M. Savoie, président en exercice, a prononcé une « aimable et spirituelle » allocution, puis M. César Courvoisier, député et adjoint, parlant du but patriotique des sociétés de tir, a levé son verre à toutes ces sociétés. On a ensuite entendu MM. Priester, de Bellevue, et Burk, de Versoix. 
A trois heures, la distribution des prix a eu lieu en musique au café du Raisin, où se pressaient de nombreux curieux. Sous la direction de son habile chef M. Gay, l'Union instrumentale exécute ses meilleurs morceaux. Le président du tir au canon remercie le maire et les conseillers municipaux pour leur témoignage de sympathie, ainsi que toutes les personnes qui ont contribué à la réussite de cette joute ; puis il adresse aux tireurs une allocution patriotique et émet le vœu que la Société de tir au canon se transforme en société de tir aux armes de guerre. Cette allocution est suivie de l'Hymne national joué par la fanfare. 

L’année suivante, Jules Dégallier prend la présidence de la société. Lors du concours, le roi du tir est Antoine Mégevet, M. Meyer-Gauthier gagne un chronomètre offert par C. Courvoisier.

Au printemps 1910, la Société de tir au canon de Versoix, est transformée en société de tir militaire, le voeu du président Savoie se réalise enfin. Pour cela, elle a entrepris la construction d'un stand et d'une ligne de tir sur les terrains communaux de la Californie. L'Etat a alloué 4,500 francs pour cette œuvre ; une souscription d'actions a produit 4,000 francs environ et la Société a emprunté le surplus.

La Commune a pris, de son côté, à sa charge les indemnités payées à ses locataires (170 francs environ). Il ne lui a pas été possible de faire davantage, malgré l'obligation des Communes d'établir les cibleries et les abris pour les marqueurs. Mais les constructions ayant coûté plus de 20,000 fr. il y aura lieu d'examiner prochainement dans quelle mesure la Commune peut venir en aide à la Société pour lui permettre d'éteindre sa dette.

Bien que les tirs aient commencé en juin seulement, 185 tireurs de Versoix et des environs ont accompli leur tir militaire à la Californie. Ce chiffre prouve que la nouvelle ligne de tir était  nécessaire, et que la Société de tir au canon a rendu service à la Commune en l'établissant. Georges Savary

 

Assiette commémorative du vingtième anniversaire de la société , 1901   

                

    Assiette commémorative du vingtième anniversaire de la société, détail

 

Compte rendu administratif et financier pour l'année 1910, Versoix

www.letempsarchives.ch/

 



<< retour