recherche
Il n'y a pas de contenu
pour la sélection en cours.
retour à l'accueil
DE TRAZ ERNEST ANDRE GABRIEL

Ernest André Gabriel de Traz est né le 18 juin 1830, mort à Versoix le 9 novembre 1900. Rentier. Conseiller municipal. Fils de Charles de Traz et de Caroline Augusta de Budé. Epouse en 1884, Adèle Monnier qui décède un an après. Deuxième mariage avec Sophie Loutre après 1885. Naissance de André Ernest de Traz en 1889.

Ernest André Gabriel de Traz suit ses études à l'Académie de Genève dont il fêtera le 300e anniversaire en 1859. Il fut élève de la station agricole de Hofwil au temps du célèbre Fellenberg. Très versé dans la connaissance des oeuvres d'art, il possédait une curieuse collection de bibelots de prix. 

Ernest André Gabriel de Traz fonde en 1855, avec son ami d’enfance Henri Dunand, les Unions Chrétiennes de jeunes gens ; co-fondateur de la Société de Géographie ; vice-président de la Société Protectrice des Animaux ; membre fondateur de la section genevoise du C.A.S. ; vice-président et membre fondateur de la section de Versoix de la Société de sauvetage ; membre honoraire de la Société Fédérale de Gymnastique ; membre de l’Union Instrumentale de Versoix.

Vers la fin du XIXe siècle, la famille de Traz loue près de la tuilerie de M. Nicati, une petite maison de campagne au bord du lac "La Plage".  

.

https://bge-geneve.ch/iconographie/

André Ernest de Traz fils est comme sa mère, passionné d’aviation. Il  tente d’abord de se construire un appareil dès 1910, mais abandonnera.

Au mois de juin 1911, le comte Ernest de Traz fait parler de lui dans la presse, il s’entraîne à Viry, ce jeune pilote, vaillamment secondé par sa mère1  enthousiasmée a l'idée de doter la Suisse de l'industrie de l'aviation. Ils estiment qu'un pays réputé pour ses arts mécaniques ne devrait pas être tributaire de l'étranger pour la construction des appareils et des moteurs d'avions.

Il refait parler de lui dans la presse deux ans plus tard, la Tribune de Genève relate son accident : « Deux élèves pilotes un suisse M. de Traz du Centre de Reims pilotant un monoplan et un lieutenant aviateur français pilotant un biplan s'entraînaient dimanche sur l'aérodrome du camp de Châlons lorsqu’au cours de leur vol ils entrèrent en collision. Le biplan fut broyé et son pilote projeté à terre reçut de légères contusions ; le monoplan fut sérieusement endommagé. M. de Traz porte quelques ecchymoses au visage. »

Au mois de mars 1913, L'Association des Intérêts de Genève a reçu du Département des travaux publics l'autorisation de construire au quai des Eaux-Vives, près du garage de la Société nautique, un hangar pour hydroaéroplanes. Ce hangar de 16 mètres de long sur autant de large est prévu pour abriter les appareils de de Traz et d'un aviateur français. 

Au mois d’août, , Ernest Traz vient de passer brillamment les épreuves du brevet de pilote-aviateur à Mourmelon-le-Grand. A Viry E.de Traz s'est occupé d'aviation dès les débuts. Puis élève à l'école Ponnier il fit des vols avec des appareils du type de celui de Bielovucic avec lequel ce dernier traversa les Alpes. La presse signale qu’il a obtenu son brevet (en partie seulement) ce qui le « met définitivement au rang de nos héros de l'air ». Nullement découragé par tous les accidents qui sont venus éclaircir le rang de ses camarades et malgré plusieurs chutes mortelles sous ses yeux, il est arrivé courageusement au but.

L'avion de Bielovicic. https://www.air-journal.fr/

En décembre il est de retour à Genève avec 2 Blériot à moteur Anzani 45cv qu’il cherche à vendre pour acheter un appareil plus important. Ernest De Traz encombre le hangar de l’aérodrome de Collex-Bossy de l'appareil qu'il construit. Au mois de juillet 1914, il prévient la police qu'une porte du hangar avait été fracturée à l'aérodrome. Les vandales ont abîmé un appareil et commis des dégâts. Puis plus rien.... On n’a plus d’information sur la suite de sa vie.

Georges Savary, janvier 2021

1 Mme la vicomtesse De Traz a fait partie d’un groupe d'anciens aviateurs et d'amis d'Ernest Failloubaz, le premier pilote suisse breveté, pour ériger un monument à la gloire de l’aviateur.  Ce comité se composait des aviateurs Durafour, Dufaux, Mittelholzer et de plusieurs personnalités de l'aéronautique suisse.

http://www.pionnair-ge.com/

https://www.e-newspaperarchives.ch/



<< retour